Dublin et un peu plus

Pourquoi Dublin?

Avant de partir

Préparer son voyage, et ses réservations.

Carnet de voyage

24 Juillet 2012


C’est parti pour l’aéroport St Exupéry !
Nous voilà à bord de notre vol Aer Lingus, pour Dublin.
Arrivée sous la pluie, mais le taxi qui nous emmène à l’hôtel est super sympa!
Il semblerait que Madonna occupe la Penthouse (nous ne la croiserons pas…)
Installation au Merrion hôtel.
Ce soir nous avons réservé au restaurant : Patrick Guilbaud. Tout le personnel est français.
On s’est lancé sur le menu 4 plats dégustation.
Cette escapade commence très bien !

Mercredi 25 Juillet


Après un super petit déjeuner au Cellar restaurant, nous découvrons Dublin avec les bus Hop Off /Hop On.
Premier stop le Trinity collège pour la visite de la “old Library”, Temple Bar, Hapeny Bridge

Trinity College

Le Trinity College , fondé en 1592 par la reine Élisabeth Ire, est la plus ancienne université d’Irlande. Conçue sur le modèle des universités d’Oxford et Cambridge, l’université n’accepta pendant longtemps que des étudiants masculins, protestants et anglophones, mais est aujourd’hui une université pluriculturelle. Pour cette raison, les Irlandais attachés à leur tradition catholiques et à la langue irlandaise ont créé l’University College Dublin.
Première université irlandaise par son ancienneté et par son importance, elle fait partie des anciennes universités du Royaume-Uni et de l’Irlande.
Prestigieuse université, elle est reconnue mondialement pour ses programmes en sciences sociales et se voit régulièrement classée dans les cents meilleures universités du monde dans ce domaine.
La bibliothèque du Trinity College est extrêmement célèbre par son fonds ancien, en particulier par ses manuscrits médiévaux où ont été recueillis toute l’ancienne littérature irlandaise. Dans cette bibliothèque nous y trouvons le célèbre livre de Kells.
Livre de Kells, également connu sous le nom de Grand Évangéliaire de saint Colomba, est un manuscrit illustré de motifs ornementaux et réalisé par des moines de culture celtique aux alentours de l’année 800.
Considéré comme un chef-d’œuvre du christianisme irlandais et de l’art irlando-saxon, il constitue malgré son inachèvement l’un des plus somptueux manuscrits enluminés ayant pu survivre à l’époque du Moyen Âge. En raison de sa grande beauté et de l’excellente technique de sa finition, le manuscrit est considéré par beaucoup de spécialistes comme l’un des plus remarquables vestiges de l’art religieux médiéval. Rédigé en langue latine, le Livre de Kells contient les quatre Évangiles du Nouveau Testament ainsi que des notes liminaires et explicatives, l’ensemble étant accompagné de nombreuses illustrations et enluminures colorées. Le manuscrit fait aujourd’hui l’objet d’une exposition permanente à la bibliothèque du Trinity College de Dublin.

City Hall


En 1840, la Chambre de Commerce a pratiquement cessé son activité et est tombée à l’abandon jusqu’en 1851, lorsque le bâtiment a été acquis par l’Hôtel de Ville de Dublin.
L’édifice de l’Hôtel de Ville a servi de centre de l’administration municipale de Dublin jusqu’en 1995. Depuis, le bâtiment accueille les sessions du Conseil Municipal.
À côté de l’entrée principale se trouve la « Rotunda Hall » (La Rotonde du hall d’entrée), un vaste espace circulaire recouvert d’une coupole soutenue par douze colonnes. La Rotunda est un remarquable espace orné de statues dont les plus anciennes datent de 1772.

Château de Dublin

Le château de Dublin (Dublin Castle) fut le siège du pouvoir britannique à Dublin, capitale de l’Irlande, de 1171 à 1922. La plupart des bâtiments datent du xviiie siècle, même si un château s’élevait à cet endroit depuis Jean d’Angleterre (1167—1216).
Il remplit de nombreuses fonctions au cours des siècles. ll fut principalement la résidence royale où demeurait le Lord Lieutenant of Ireland (Vice-roi d’Irlande), représentant de la couronne britannique.
Le secrétaire en chef de l’Irlande, deuxième du gouvernement, avait aussi ses bureaux au château. Au cours des années, le parlement et la cour de justice se tinrent un moment en cet endroit avant de s’établir dans des bâtiments appropriés. Il servit aussi de caserne militaire
Pendant la guerre anglo-irlandaise, le château fut le cœur des efforts britanniques contre les républicains. Pendant la nuit du Bloody Sunday en 1920, deux officiers de l’IRA et un de leurs amis furent tués en essayant de s’échapper.
Le château cessa d’être utilisé par le gouvernement en 1922, quand l’Irlande devint un État indépendant. Pendant quelque temps, il servit de cour de justice, puisque Four Courts avait été détruit en 1922. Quand la cour de justice changea de siège, le château fut alors utilisé pour des cérémonies.

Christ Church

La cathédrale Christ Church (ou cathédrale de la Sainte-Trinité est une cathédrale anglicane irlandaise.
Elle est la plus ancienne des deux cathédrales de la ville — bien que toutes deux datent du Moyen Âge —, la deuxième étant la cathédrale Saint-Patrick, qui appartient également à l’Église d’Irlande mais a le rôle de « cathédrale nationale » ; l’Église catholique romaine ne possède dans cette ville qu’une pro-cathédrale.
La cathédrale Christ Church porte les titres de cathédrale du diocèse unifié de Dublin et Glendalough et de cathédrale métropolitaine de la province unifiée de Dublin et Cashel .

Dublina

Dublinia est un musée d’histoire situé à Dublin . Il s’intéresse principalement à la période viking et médiévale de la cité.
. Le musée loge dans l’ancien synode de la cathédrale Christ Church. Les deux édifices communiquent par un pont couvert.

St Patrick


La cathédrale Saint-Patrick , est le, siège du culte anglican de l’église d’Irlande et notamment du diocèse de Dublin et Glendalough, C’est le plus ancien lieu de culte.
L’édifice se situe à la source, où le saint patron baptisa ses fidèles.
Cependant, elle fut entièrement reconstruite, il ne reste donc rien des bâtiments d’origine. Les origines de la cathédrale remontent au ve siècle. Les Normands la remplacèrent par une construction en pierre en 1191 et le bâtiment que l’on voit aujourd’hui date du xiiie siècle
En 1310, le procès des templiers arrêtés en Irlande s’y est déroulé sous la conduite de l’évêque de Kildare, le siège de l’archevêque de Dublin étant vacant à ce moment-là

Pause goûter au Bewley, prendre des forces avant une petite baignade à l’hôtel….

Diner chez Hugo’s, à 5mn à pied de l’hôtel, qui appartient à l’hôtel!

Jeudi 26 Juillet

Guiness Storehouse


9h15 nous sommes dans le bus pour visiter Guiness Store. : Brasserie retraçant l’histoire de la célèbre bière irlandaise avec un bar sur le toit et des dégustations.
1h30 de balade avec soleil et ciel bleu en bus Hop on Hop Off

La prison Kilmainham

La prison de Kilmainham (Príosún Chill Mhaighneann en irlandais; ) est une ancienne prison située dans le quartier de Kilmainham. Bâtie sur le modèle du panoptique, la prison, à présent désaffectée, est devenue un musée. Elle a servi également de décor dans le cadre du tournage d’un certain nombre de films.

Lorsqu’elle entre en activité, en 1796, elle est appelée « Nouvelle prison », pour la différencier de l’ancienne — située dans un donjon, non loin de là — qu’elle devait remplacer. Au cours des 128 ans où elle a servi, la prison de Kilmainham a tenu une place importante dans l’histoire de l’Irlande. Y ont été détenus non seulement des prisonniers de droit commun, hommes, femmes et enfants, mais aussi des prisonniers politiques.
Bien qu’elle ait été moderne pour son époque, la partie la plus ancienne de la prison, dite aile ouest, est restée pendant ses cinquante premières années d’activité dépourvue de vitres aux fenêtres et de lumière. Lieu de détention, c’est aussi un lieu d’exécution de la peine capitale et de déportation vers l’Australie. La dernière exécution publique par pendaison a lieu en 1865 et quelque 4 000 prisonniers y ont transité avant leur déportation au cours de la première moitié du xixe siècle.
La Grande Famine de 1845-1851 a conduit au surpeuplement de la prison, tant en raison de la recrudescence des vols de nourriture que parce qu’on pouvait ne pas y mourir de faim. C’est pourquoi, en 1861, la construction d’une nouvelle aile est décidée (dite « aile victorienne » ou « aile est »). Ouvert en 1864, ce nouveau bâtiment comprend 96 cellules réparties sur trois niveaux, chacune dotée d’une fenêtre.
Beaucoup de leaders de la rébellion irlandaise y ont été emprisonnés, et certains y ont même été exécutés. C’est notamment le cas des leaders des rébellions de 1798, 1803, 1848, 1867 puis de l’insurrection de Pâques 1916. Parmi ces derniers, 14 ont été fusillés entre le 3 et le 12 mai 1916, dont les principaux leaders du mouvement, Patrick Pearse, James Connolly et Joseph Plunkett. D’autres y ont été emprisonnés pendant la Guerre d’Indépendance (1919-1921) ainsi que pendant la Guerre Civile (1922-1923).
La prison a été désaffectée en 1924, à la fin de la guerre, par l’État libre d’Irlande. Le dernier prisonnier à quitter la prison est Éamon de Valera, futur président d’Irlande. Abandonnée durant de longues années, la prison a été restaurée à partir des années 1960 par un comité de bénévoles pour devenir, trente ans plus tard, un musée de l’histoire du nationalisme irlandais.

Molly Malone

Photo près de Molly Malone, la représente des marchandes.
Molly Malone, une chanson aussi appelée « Cockles and Mussels » (les bucardes et les moules), est l’hymne officiel de la ville de Dublin. Elle est chantée par les supporters de l’équipe de Dublin GAA et de l’équipe internationale de rugby à XV. La chanson raconte l’histoire d’une belle poissonnière qui exerçait son métier dans les rues de Dublin, mais qui est morte de la fièvre alors qu’elle était encore jeune.
Une statue commémorative, conçue par Jeanne Rynhart et située en bas de Grafton Street à Dublin, a été érigée en son honneur pour fêter le premier millénaire de la ville en 1987. Cette statue est familièrement nommée « The Tart with the Cart » (la prostituée à la charrette). Elle représente Molly Malone comme une jeune femme à la poitrine plantureuse, habillée à la mode du xviie siècle et prétend montrer la véritable personne sur laquelle la chanson est basée. On justifie sa robe décolletée et sa poitrine généreuse par le fait que, à l’époque de Molly, les femmes allaitaient en public et que de ce fait, leurs seins étaient visibles de tous.
Une légende urbaine a grandi autour de l’image de la Molly Malone historique qui a été présentée à la fois comme une marchande ambulante le jour et une prostituée à temps partiel la nuit, ou, au contraire, comme une des rares femmes marchandes ambulantes de son temps qui était chaste.
Cependant, il n’existe aucune preuve que la chanson soit basée sur une personne ayant réellement existé au xviie siècle, ou à n’importe quel autre moment.

Les portes de Dublin

Les célèbres portes de Dublin, avec leurs devantures colorées, et leurs poignées et heurtoirs en laiton sont typiquement issues de l’art Géorgien, un style architectural très répandu en Irlande, et principalement à Dublin. Les maisons, elles même de style géorgien sont d’ailleurs légion dans l’île, et arborent toutes un style mêlant sobriété, uniformité… le tout quelque peu brisé par l’excentricité charmante des portes des maisons. Le secret ? La couleur de leur porte, sans cesse différente d’une maison à l’autre !
C’est la bourgeoisie irlandaise du XVIIIème siècle qui, par orgueil adopte le style géorgien, et l’emploie dans l’architecture des demeures des beaux quartiers de Dublin et des grandes villes de l’île. Ce style se caractérise par de hautes bâtisses en briques, ouvertes par des fenêtres blanches bloquées par des balcons en fer forgé.
On y entre par une porte vivement colorée, décorée d’un large éventail vitré sous lequel se tient un heurtoir. L’humour irlandais raconte d’ailleurs, que si chaque porte est peinte dans une couleur criarde et différente suivant la maison, c’est avant tout pour donner un point de repère à l’irlandais qui rentre saoul du Pub !
L’Histoire raconte d’ailleurs, qu’autrefois, les portes des maisons géorgiennes arboraient une couleur unie et terne, uniforme pour toute les bâtisses. Ce n’est qu’au milieu du XVIIIème siècle, qu’un auteur et écrivain nommé George Moore, décide de peindre sa porte dans un vert très vif, afin que son voisin, Oliver John Gogarty (un autre écrivain irlandais), ne se trompe pas de maison en rentrant chaque soir saoul. En réponse, Gogarty fait de même, et repeint sa porte en rouge, ce qui lance une véritable mode au sein de la capitale dublinoise afin de dissocier plus facilement chaque maison !
(le style géorgien est avant tout issu de l’Angleterre).
Ci après Merrion square, avec des portes colorées à souhait, et des devantures tout simplement magnifiques et pittoresques !

The Mery Plougboy.
Restaurant avec show..

Vendredi 27 Juillet

Excursion journée Connemara et Galaway


Levé matinal, journée en bus pour Galway et Connemara, avec Extrem Irlande, un Irish day tour. Promenade d’1h dans Galway, port de pêche et de bateau.
Galway ville portuaire de la côte ouest de l’Irlande, se trouve à l’embouchure entre le fleuve Corrib et l’océan Atlantique. Eyre Square, place datant du XVIIIe siècle, est un lieu de rencontre populaire entouré de magasins et de pubs traditionnels, dans lesquels ont souvent lieu des concerts de musique traditionnelle irlandaise. Non loin, cafés, boutiques et galeries d’art aux façades de pierre bordent les allées sinueuses du Quartier latin, où sont encore visibles certains vestiges des murs de la ville médiévale.

Abbaye de Kilmore, que l’on ne voit que d’extérieur.

On déjeune d’un bagel au saumon, sandwich au fromage et un cheese cake. ou cake au citron…
Puis nous partons faire 1h de bateau dans un Fjord sur le Lady Connemara, avant de rentrer sur Dublin

Diner au Cellar, restaurant de l’hôtel, une entré, Crevettes, avocat et brunoise de mangue, Agneau, ou lotte au chorizo sur lit de couscous!!

Samedi 28 Juillet

SONY DSC

Excursion à la journée Irlande du Nord et la chaussée des géants


6h15 petit dej servi dans notre chambre, car nous premons le train de 6h50. Aujourd’hui excursion en Iralnde du nord. Une journée avec Railway tour por passer à Belfast, puis faire :
Antrim Coast Road, Glens of Antrim, Ballycastle and the carrick rope bridge
Giant’s Causeway
Photo stop à l’histpric Dunluce Castle, avant un retour à Belfast pour prendre notre train pour Dublin…

Dunluce Castle

Le château médiéval de Dunluce est aujourd’hui en ruine. Il est situé sur le bord d’un affleurement de basalte dans le comté d’Antrim entre Portballintrae et Portrush, et on peut y accéder en traversant un pont le reliant à la terre ferme. Le château est entouré de chaque côté par des pentes extrêmement abruptes, ce qui peut avoir été un facteur important pour les premiers Chrétiens et Vikings qui avaient été attirés en ce lieu où autrefois se dressait un ancien fort irlandais

La chaussée des géants

La Chaussée des Géants est une formation volcanique située sur la côte d’Irlande du Nord. Située à 3 km au nord de la ville de Bushmills dans le Comté d’Antrim, à l’extrémité septentrionale du plateau d’Antrim, elle se caractérise par environ 40 000 colonnes hexagonales verticales juxtaposées (colonnes ou orgues basaltiques). L’ensemble, érodé par l’action de la mer, évoque un pavage qui débute de la base de la falaise et disparait dans la mer. Les colonnes sont visibles sur l’estran mais aussi dans la falaise haute de 28 mètres, qui constitue la bordure du plateau d’Antrim.
Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986.

Le pont de corde de Carrick-a-Rede


Il était originellement utilisé par les pêcheurs de saumons migrateurs pour rejoindre l’île de Carrick. Comme le nombre de poissons a chuté, le pont n’est plus emprunté par les pêcheurs mais est devenu une attraction touristique. Tous les ans, le pont est démonté en octobre/novembre et remonté en mars. Il mesure 20 mètres de long et est suspendu à 30 mètres au-dessus de la mer.
Le nom peut se traduire comme « le rocher sur la route » où le rocher désigne l’île et la route fait référence au trajet qu’empruntent les saumons pendant leur migration.
Depuis plus de 350 ans, le pont servait aux pêcheurs à rejoindre l’île, lieu de passage des saumons migrateurs.
La structure du pont a évolué au cours du temps. Le premier pont n’était constitué que d’une corde en guise de main courante et de planches largement espacées. Le dernier modèle (mis en place en 2004) est fait de cordages et de pins d’Oregon.

Dimanche 29 Juillet

La vallée de la Boyne


Encore un levé matinal, aujourd’hui nous récupérons la voiture de location!
La matinée commence avec Monasterboice, un cimetière du Véme siécle .
L’abbaye de Monasterboice a été fondée par saint Buite (disciple de saint Patrick) en 521.
C’était un des plus importants centres religieux et d’enseignement de la région jusqu’à la fondation de l’abbaye de Mellifont en 1142 qui entraîna son abandon à partir de 1122.
Le cimetière de Monasterboice est célèbre pour ses « croix aux écritures ». Il renferme sans doute la plus ancienne croix celtique d’Irlande, étonnamment simple à côté de ses jumelles ouvragées.
La croix de Muiredach est connue comme étant la croix celtique ciselée la plus haute (5,5 mètres) d’Irlande. Elle est décorée avec des scènes de la Bible et des évangiles sur les deux faces. La plupart d’entre elles ont été identifiées. Le Christ est en position de crucifié mais sans croix visible.
Le monastère possédait la plus haute tour ronde d’Irlande, incendiée en 1097 avec les manuscrits et les trésors qu’elle renfermait et qui furent détruits.

L’abbaye de Mellifont :

La grande Abbey , est la première abbaye cistercienne construite en Irlande. Très prolifique avec trente-huit abbayes filles toutes situées en Irlande, elle entre au XIIe siècle en conflit avec les abbayes anglaises, à cause de différends nationaux. En 1539, elle est supprimée par la dissolution des monastères. En 1938, elle est rétablie.
Mellifont est fondée en 1142 par des moines venant de Clairvaux, sur invitation de saint Malachie, archevêque d’Armagh. Celui-ci, en voyage vers Rome, était en effet passé par Clairvaux et avait admiré la vie austère des cisterciens ; voulant s’en inspirer et se faire moine dans l’abbaye champenoise, il s’était vu proposer par le pape de favoriser l’émergence du monachisme cistercien dans son pays d’origine.
L’abbaye se trouve au bord de la rivière Mattock, à une dizaine de kilomètres de Drogheda ; l’emplacement, choisi par Malachie, était volontairement éloigné des espaces de chasse seigneuriaux pour éviter les conflits, mais proche des centres du pouvoir du royaume d’Airgíalla, afin de s’assurer de la protection du souverain.

Slane Hill


Au nord du village se dresse la colline de Slane, qui se trouve 158 mètres au- dessus des environs. . Dans les métriques Dindshenchas , une collection de bardes vers, l’ancien Fir Bolg roi Sláine mac Dela a dit avoir été enterré ici, à l’endroit qui avait été appelé Druim Fuar qui allait être connu dans sa mémoire Dumha Sláine . Il y a un monticule artificiel à l’extrémité ouest de la colline. La colline peut avoir été choisi comme le site de l’ abbaye chrétienne en raison de la présence d’un sanctuaire païen existant, dont les restes peuvent être deux menhirs dans la cour de l’ enterrement.
Muirchú moccu Machtheni , dans son septième siècle la vie de Patrick, très mythifié dit que Saint Patrick a allumé un Paschal le feu sur ce sommet d’ une colline en l’ an 433 , au mépris du Haut Roi Laoire qui interdit tout autre feu alors qu’un festival feu brûlait sur la colline de Tara . Les historiens et les archéologues conviennent que Muirchu a déménagé à Slane un feu allumé ailleurs; La colline de Slane peut être vu de la colline de Tara qui est à environ 16 kilomètres (9,9 mi) loin. Selon Muirchu, Logaire a été tellement impressionné par le dévouement de Patrick qui, malgré son défi (ou peut – être à cause de cela), il le laisser continuer son travail missionnaire en Irlande. Il est un peu plus certain que Patrick a nommé un évêque de Slane, Saint Erc .
La colline de Slane est resté un centre de la religion et l’ apprentissage pendant plusieurs siècles après la Saint – Patrick. Les ruines d’un couvent église et le collège peut être vu sur le sommet de la colline. On sait que Slane Friary a été restauré en 1512. Les ruines comprennent un haut début de 19 mètres gothique de la tour. Le couvent a été abandonné en 1723.
Le cimetière et le pin du Chili arbre sur la colline de Slane.

Newgrange

Newgrange est l’un des plus célèbres sites archéologiques d’Irlande.
C’est un tumulus de 85 mètres de diamètre à l’intérieur duquel on atteint la chambre funéraire par un long passage couvert. Il fait partie de tout un ensemble de sites préhistoriques appelé Brú na Bóinne.
Il a été construit autour de 3200 av. J.-C., soit près de 600 ans avant la grande pyramide de Gizeh en Égypte et près de 1 000 ans avant Stonehenge en Angleterre.
Le site consiste en un gros tumulus circulaire au centre duquel se trouve une chambre mortuaire à laquelle on accède par un très long couloir couvert. Le mur extérieur du tumulus est flanqué de pierres monumentales sur lesquelles il est possible d’observer des dessins en spirale et quelques triskell. Chaque année (selon l’observation de sir Norman Lockyer en 1909), le jour du solstice d’hiver (le 21 décembre), à 9 h 17 du matin le soleil pénètre directement dans la chambre centrale pendant à peu près 15 minutes. La précision dans l’orientation de l’édifice est donc spectaculaire.
Pendant les années 1960, Alexander Thom fit des recherches approfondies sur ces mégalithes et publia un livre : Megalithic sites in Britain1. Il y explique sa théorie selon laquelle, statistiques à l’appui, beaucoup de monuments en Grande-Bretagne sont orientés de manière à pouvoir être utilisés comme calendriers.

Knowth

Knowth (en irlandais Cnobha) est le site d’une tombe à couloir néolithique, Ce site appartient au complexe de tombes à couloir de Brú na Bóinne (« résidence sur la Boyne »).
Knowth possède la plus grande de toutes tombes à couloir situées dans le complexe de Brú na Bóinne. Le site se compose d’un grand tertre, appelé le Site 1, et de 17 tombes satellites plus petites. Le site 1, le tertre, couvre une surface d’environ 1 hectare. Il possède deux couloirs, placés sur une ligne orientée est-ouest. Il est ceinturé par 127 pierres de parement, 3 d’entre elles manquent et 4 sont sérieusement endommagées. Les couloirs sont indépendants l’un de l’autre (ils ne se croisent pas), et chacun d’eux conduit à une chambre funéraire. Le couloir mène à une chambre cruciforme, semblable à ce que l’on trouve à Newgrange. Elle compte trois renfoncements et trois bassins de pierre, à l’intérieur desquels étaient placés les restes incinérés des défunts.
Le renfoncement de droite est plus grand, et l’art rupestre y est employé plus que dans les deux autres. Ceci est typique des tombes à couloir irlandaises, et on n’en connaît pas la raison. Le couloir ouest conduit, après un seuil de pierre, à une chambre rectangulaire indifférenciée.

Château de Trim

Le château de Trim s’étend sur une surface de 30 000 m2, ce qui en fait le plus grand château d’Irlande et le plus important complexe d’architecture normande en Europe. Il a été fondé par Hugues de Lacy, lord de Meath.
Le bâtiment central de trois étages, appelé tour de garde ou donjon, a un plan cruciforme unique, qui ressemble à la superposition d’un carré à une croix et comporte ainsi vingt angles. Il a été construit en au moins trois phases, initialement par Hugues de Lacy, vers 1174, puis en 1196 et 1206 par Walter de Lacy, son fils. La tour occupe l’emplacement d’une fortification de bois, disparue dans un incendie en 1173, à la suite d’attaques par le roi du Connacht, Rory O’Connor (en irlandais Ruaidrí Ua Conchobair).
Les restes des murs d’enceinte datent principalement du milieu du xiiie siècle.
D’autres bâtiments subsistent également : une barbacane (ouvrage de fortification protégeant une porte) ronde très inhabituelle, incluse dans le mur d’enceinte et qui sert de porte d’entrée pour la ville de Dublin, une maison de garde carrée du côté ville, appelée la Porte de Trim (en anglais Trim Gate), les fondations d’un grand hall datant du milieu du xiiie siècle, et d’une fabrique de monnaie.

Lundi 30 Juillet

Le Wicklow


Itinéraire côtier par le port de Dun Laoghaire, Dalkey et Killiney.

Mount Usher Gardens


Situé à Ashford, dans le comté de Wicklow, a été aménagé en 1868 . Il est réparti sur vingt acres de terres le long de la rivière Vartry, ayant plus de 5000 espèces végétales.

Route pour Glendalough

Glendalough

Glendalough « vallée des deux lacs » situé dans les montagnes de Wicklow. Le village se trouve sur le site d’un ancien monastère dans le comté de Wicklow. Il a été établi au VI éme siècle par saint Kevin, un prêtre ermite, et détruit par les Anglais en 1398.
Monastère de Glendalough
Le lieu était, à l’origine, recherché par saint Kevin comme une retraite paisible du fait de sa sérénité et son éloignement. Mais plusieurs disciples qui ont voulu suivre ses enseignements ont construit un hameau provisoire d’églises et de quartiers de vie dans la vallée au-dessous du lieu de son logis. Celui-ci bientôt s’est développé et, à la mesure de sa popularité, il a été l’une des principales universités de religion en Irlande.
Le lieu monastique inclut une tour ronde de 33 mètres de hauteur et la croix de saint Kevin, une croix haute celtique. La tour ronde a été construite à l’époque des invasions vikings en Irlande (jusqu’à environ 1066) et aurait été utilisée pour protéger des reliques, des livres et des calices.

Powerscourt House

Au pied des Wicklow Mountains, une résidence de style palladien, construite en 1740. Le parc est aménagé en terrasses. Depuis le perron belle perspective sur Triton Lake, Walled garden pour les roses. Pets Cimetery, le cimetière pour animaux favoris des maitres de Powerscourt. Egalement décors de Barry Lindon.

Avoca

Old Mill, le plus ancien atelier de tissage d’Avoca Handweavers

Mardi 31 Juillet


Derniers moments avant de rejoindre l’aéroport…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.