Big Island

2 Août

Aloha ! 9h30 nous voilà de nouveau à l’aéroport, nous attendons notre vol pour Big Island. Nous arrivons sous une grosse brume, car l’ouragan Erick à décidé de venir pimenter notre séjour Hawaïen ! . Nous sommes sous une tempête, il pleut fort!. Après avoir récupéré la voiture, on s’arrête pour quelques stop photos sur la route qui nous mène à Volcano park. On dine , et la surprise le restaurant est plutôt très bon, exceptionnel pour un parc!, à 21h on est au lit avec le décalage horaire on est cuit…

3 Août

Ce matin Hilo, où nous prenons notre petit dej au Starbuck. On se balade sur le marcher et on s’arrête dans une jolie boutique de vêtements hawaïen. Dans la boutique Sig Zane Designs., chaque vêtement à son histoire. Nous avons craqué pour une robe et une chemise dont voici l’histoire :

Kauhilauloa: sur la robe

Les racines, l’écorce et les feuilles contiennent du poison. Battue ensemble, la concoction a été coulée dans des piscines d’eau salée pour assommer les poissons, ce qui permet de facilement les capturer. De minuscules fleurs jaunes fleurissent puis deviennent des fruits, jaunes, orange ou rouges. ʻĀkia est parfois appelé False ʻOhelo en raison de sa similitude.

Le nom est une observation littérale de la plante. Ses feuilles sont assez grandes par rapport à ses minuscules fleurs. Notre interprétation de cette impression, mise en page par Brittini, met l’accent sur les deux parties de l’arbuste indigène. Cela montre que l’on souhaite attraper quelqu’un et le garder

Naupaka Kahakai: sur la chemise

Cette étude du naupaka présente la fleur qui pousse près de l’océan. L’histoire d’amour est racontée depuis des générations. Une wahine de sang ali’i, Naupaka, et un kane, Kaui, qui n’est pas né de la royauté, n’ont pas été autorisés à être ensemble car leurs parents désapprouvaient leur mariage. Ils étaient séparés et restaient à jamais séparés, l’un dans les hautes terres, l’autre près de la mer. Notre interprétation de l’histoire est que le chagrin est à la vie; nous n’imprimons qu’une seule variété à la fois, jamais ensemble. Car cette fleur qui pousse à la montagne et l’autre à la mer ne peuvent se remettre ensemble .

Au retour on pensait faire une visite à la plantation de Macadomia, mais une forte pluie, nous en a dissuadé….

Après avoir déjeuner rapidement, nous retrouvons Nathan pour 6h de balade découvertes sur le volcan. La météo à l’air de s’arranger. Nous sommes ravis de notre expérience avec kilauea Ecoguides. l’après midi a été bien agréable, nous avons enchainé plusieurs treck sur des zones différentes, en commençant par l’ancien cratère (1h30) et un second de 2h . Sensation d’être sur la lune ou mars… On voit une irruption vieille de 200 ans la forêt repousse et de l’autre côté une de 45 ans, paysage lunaire. Au loin on voit la fumée d’eau qui correspond à l’irruption de 2018. Une magnifique journée, riche, en partage et en apprentissage.

Et l’envie de parler de cet arbre : Ohia.

Arbre endémique des îles hawaïennes. Le plus souvent rouges, les fleurs peuvent aller du blanc crème au jaune en passant par le saumon, l’orange et l’écarlate. Il peut se développer comme un petit arbuste ou atteindre une hauteur d’environ 100 pieds. Il peut être trouvé en croissance dans des zones allant du niveau de la mer à plus de 2100m d’altitude.

Ohia

la légende raconte : Il y a très longtemps, sur l’île d’Hawaï, dans le quartier de Puna, vivait une belle fille. Lehua était son nom. Elle avait un visage aussi rond et brillant que la lune avec des yeux qui brillaient comme la lumière des étoiles, un dos aussi droit que le pali – les grandes falaises marines – et des cheveux qui ondulaient comme une cascade. Son cœur était aussi gentil et généreux que son visage et sa forme étaient magnifiques ,et tous ceux qui la connaissaient l’aimaient.


Elle était particulièrement chérie par le jeune guerrier ‘Ōhi’. Ses jambes étaient aussi épaisses et solides que des arbres forestiers, sa poitrine aussi large que le pali, et son visage était aussi souriant que le soleil. Son cœur était courageux et gentil car son visage et sa forme étaient forts, et tous ceux qui le connaissaient l’aimaient.

Le soir, ‘Ōhi’a jouait son‘ ohe hano ihu, sa flûte de nez en bambou, envoyant la douce mélodie aux oreilles de Lehua. Elle le suivrait dans la forêt pour le rencontrer, et là, ils admireraient la beauté de la nuit. Parfois, ils se promenaient sur les sentiers forestiers au clair de lune, se promenant parfois sur le rivage pour nager ou surfer et regarder la phosphorescence des minuscules créatures marines qu’ils éveillaient.


D’autres fois, ils erraient tôt le matin, observant le soleil rouge-orangé dorer les feuilles des arbres de la forêt, écoutant le chant des oiseaux du matin. Alors que ‘Ōhi’a jouait son‘ ohe hano ihu, Lehua rassembla le feuillage et les fleurs de la forêt et les façonna en lei. Après avoir garni ‘Ōhi’ et elle-même, elle le ramènerait de manière ludique à la kauhale, le village, où ils salueraient leur kūpuna et leur donneraient le lei parfumé.


L’aumakua (dieu personnel) de Lehua était le petit apapane rouge. Il adorait la suivre dans la forêt et ajouter sa chanson à la mélodie de la flûte. Le petit oiseau a senti une grande responsabilité de prendre soin de la belle fille.


Un soir, alors que ‘Ōhi’a jouait de sa flûte, avant que Lehua n’arrive à leur lieu de rencontre, une autre jeune femme est apparue. Elle avait un visage rond et brillant comme la lune avec des yeux qui brûlaient comme du feu, un dos aussi droit que le pali et des cheveux qui ondulaient comme une cascade. Elle a approché ‘‘hi’a, qui l’a saluée poliment et a continué à jouer de sa flûte jusqu’à l’arrivée de Lehua
L’étrangère regarda les deux s’éloigner. Un autre soir, alors que Ōhi’a jouait de nouveau de sa flûte pour Lehua, l’étranger est apparu. Elle semblait encore plus charmante que la première fois. « ‘ Ōhi’a, viens et sois à moi!  » ‘Ōhi’a était seulement poli et attendait sa bien-aimée Lehua. Encore une fois, l’inconnue les regarda en chemin. Un autre soir, encore une fois, l’étrangère est apparue. Elle était encore plus belle qu’auparavant et le feu dans ses yeux était rouge. Encore une fois, «Ōhi’a était poli, mais n’attendait que Lehua. «Venez,‘ Ōhi ’, quittez cette fille et soyez à moi», lui a dit l’étrangère.


«Je suis désolé, mais mon cœur appartient à Lehua», a répondu Ōhi’a. « Tu ne sais pas qui je suis? », Lui a demandé l’étrangère. « Vous êtes la grande déesse, la femme sacrée, Pelé », répondit Ōhi’a. «Je ne suis pas digne de toi. Je me contente de mon amour mortel, Lehua. » Alors que les deux parlaient, Lehua est arrivé. ‘Ōhi’ a mis ses bras autour d’elle et l’a serrée contre lui. Pelé regarda le couple. Le sol a commencé à trembler. Elle tapa du pied et de la lave jaillit, créant un anneau de feu autour du couple, avec un chemin clair vers la déesse. « Laissez-la derrière vous et venez à moi, et vous vivrez », a-t-elle dit à Ōhi’a. «Je suis désolé, oh Sacré. Lehua est mon cœur. Si je devais la quitter, elle mourrait et sans elle, je mourrais », a répondu Ōhi’a. «Alors tu mourras avec elle!» La lave du rideau de feu commença à suinter vers le couple. « Laissez-la et venez à moi! » ‘Ōhi’ a seulement tenu Lehua plus fermement.


La lave est arrivée à quelques centimètres du couple. Le petit «apapane» s’élança autour d’eux, volant dans la lave comme s’il voulait la combattre avec ses ailes, mais la roche en fusion était inexorable dans son approche. ‘Ōhi’a souleva Lehua au-dessus de la lave rougeoyante. Elle atteignit leurs pieds et commença à les couvrir. Il a élevé Lehua plus haut. L’apapane s’élança haut dans les airs et s’envola, pépiant aussi fort que possible.La lave a commencé à s’entasser autour des jambes de ‘Ōhi’a. Il tenait sa bien-aimée encore plus haut. Au moment du retour de «l’apapane», Lehua était assis sur les épaules de «Ōhi», caressant son visage et pleurant. L’apapane avait tenté de rallier les esprits de la forêt pour les sauver , mais aucun d’entre eux n’avait le pouvoir d’arrêter Pelé.
Ce que, les esprits de la forêt, avaient le pouvoir, de faire c’était la croissance des plantes et des créatures forestières. ‘Ōhi’a et Lehua étaient tellement aimés par les gens de la forêt que les petits esprits ont commencé à changer la chair brûlante de ses jambes en bois. Sa peau est devenue écorce. Ses bras sont devenus des branches. Prenant Lehua , il la maintint haute dans ses branches, loin de la lave qui rampait dans sa trompe. En la tenant en l’air, il sentit son corps se raidir.


Il a vu ses cheveux tourbillonner dans le vent chaud qui soufflait à travers la lave. Des étincelles portées par le vent ont atterri dans ses cheveux, ressemblant à des fleurs rouges et dorées. Soudain, la jeune fille était partie, remplacée par les fleurs de couleur flamme qui portent son nom et sont tendrement tenues par le fidèle ‘Ōhi’a.

Le petit «apapane continue de rendre visite à sa bien-aimée Lehua, et même aujourd’hui on peut la voir l’embrasser doucement alors qu’elle se repose dans les bras feuillus de« Ōhi ».

Les fabricants de lei ne cueillent jamais ces belles fleurs en entrant dans la forêt, seulement en sortant. Si les amants sont séparés lorsque vous entrez dans la forêt, Lehua pleure et s’affaisse. Son esprit est écrasé, les esprits de la forêt pleurent, apportant la pluie, et le fabricant de lei peut se perdre.Au lieu de cela, le fabricant de lei voyage dans la forêt, remercie pour la beauté de la forêt et demande la permission de cueillir les fleurs. Ensuite, la paire douce et généreuse offrira les fleurs librement et gardera le chemin du retour sans problème.

4 Août

Changement d’hôtel , nous allons au Cliff Palm Inn. Les bagages déposés , nous filons sur Akaka falls states park, le chemin est aménagé au milieu d’une forêt tropicale. Lors de la marche, on découvre un énorme Banyan, et on arrive sur la cascade Arc en Ciel, qui est très belle. Puis s’est route sur Waiapio Valley. Elle se trouve sur le versant nord-est du volcan Kohala et débouche directement sur l’ océan pacifique.

Waipiʻo est un term hawaien qui signifie en français « eau courbée ».

La vallée est le site de la scène finale du film de science-fiction Waterworld (1995), où les personnages principaux trouvent Dryland, la terre ferme.

Les paysages sont très beaux. En route, petit stop pour déjeuner dans la ville de Honokoa, qui est la 2éme ville refuge des hippies, jolies façades années 20. Mais il ne fait vraiment pas beau à ce moment là…Il y a de belles scénique drive sur cette partie de l’île. La météo n’étant toujours pas au top ,avec l’ouragan Erick, qui nous accompagne depuis notre arrivée, on rebrousse chemin pour ne pas être pris dans le mauvais temps en continuant sur l’autre côté de l’île. A 16h nous profitons du soleil sur Hilo, on achète de quoi manger pour le soir, à un food truck vietnamien, super bon! Dernière nuit sur Big Island, demain vol pour Maui.

Cascade Arc en ciel
Waiapio Valley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *