Prea Vihear

Lundi 03 Août

Prea Vihear

Nous poursuivons notre périple en direction de Prea Vihear
Les traces de déforestation se font de plus en plus sentir. Des concessions sont données aux entreprises privées étrangères ou cambodgiennes, 5000 hectares par entreprise, donc ils créent plusieurs entreprises pour avoir un maximum d’hectare. Il y a beaucoup de trafic de bois précieux, les paysans le coupe et le revendent aux trafiquants. Ceux ci sont organisés soit ils paient des pots de vin et font tranquillement leur route, soit ils négocient à chaque barrage, l’argent revenant au policier , soit ils profitent de la présence d’une délégation ministérielle pour offrir une belle voiture et se glisser dans le convoi, la corruption est de partout.
Les bois précieux comme l’ébène et le teck vont en chine
Un paysan vend 1kg d’ébène entre 7 et 10$ au trafiquant
Celui ci le vend 5 fois ce prix au Vietnam et 10 fois ce prix en Chine
Sur cette route nous serons arrêtés et contrôlés à chaque barrages. H a un soucis avec son permis qui est pour une voiture de 9 personnes alors que la notre est prévu pour 12 il a une amende de 3$ il paiera finalement qu’1$
Nous passons sur un pont qui a été inauguré récemment et qui traverse le Mékong, avant on le faisait par bateau.

Prea Vear =Temple sacré

Ce temple a été construit sur 3 siècles jusqu’au XII eme siècle, par 7 monarques successifs, comme d’autre temple montagne de cette époque il symbolise le mont Meru et était dédié au dieu Shiva, il est conçu selon un axe nord sud, cinq gopuras cruciformes, ornés de sculptures raffinées et séparés par des esplanades de 275 m de longueur se succèdent le long de cet axe.
On voit un escalier monumental en grés gris qui descend à la frontière thaïlandaise
Sur le gopura IV on voit le barattage de la mer de lait, thème exécuté aussi à Angkor vat

A l’époque de sa construction, le Cambodge comprenait l’actuelle Thaïlande et le Vietnam, il s’est affaibli au 18éme siècle et les territoires ont été pris par la Thaïlande, certains ont été renégociés sous le protectorat français et en 1907 une carte avec les nouvelles frontières a été établi.
Pendant le seconde guerre mondiale la Thaïlande avec le Japon redemande ces 3 provinces, le Japon perd et la France les récupère pour le Cambodge. Quand les français partent en 1953 le Siam veut reprendre le temple, elle envoie des militaires et dépouille le temple. Sihanouk, alors premier ministre porte l’affaire à La Haye en 1962 et à 9 contre 3 ils reconnaissent que le temple est sur les terres du Cambodge. On lui rend les fresques et les statues.
Pendant le coup d ‘état de 1970 et après sous les Khmer Rouge, rien n’a été protégé, préservé, en 1975 les thaïlandais reviennent et mettent des mines anti personnel. Depuis la fin des guerres civiles en 1998 l’état contrôle de nouveau le site, en février 2008 il est classé par l’UNESCO, Angkor l’a été en 1992

Ce temple est perché à 625 m, long de 800m il occupe un emplacement spectaculaire. On a une belle vue sur la plaine

Frontière avec la Thailand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.