Rattanakiri

Vendredi 31 juillet

Long trajet pour rejoindre le lodge des terres rouges, l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les coutumes…

Au Cambodge les mariages ne sont plus arrangés, plus que 2% le sont encore.
Quand les gens se rencontrent la famille du garçon prend un intermédiaire. On consulte plusieurs astrologues, si ceux ci ne sont pas favorables à une union, la relation s’arrête, s’ils y sont favorables la relation se poursuit. Le garçon paie la dote, celle ci varie en fonction de la beauté de la jeune fille, et de la richesse de sa famille.
La dote va de 10000dollars pour une famille riche à 3000 dollars pour une famille pauvre.
Dans les familles riches la dote revient aux mariés dans les familles pauvres elle paie le mariage. La dote est marchandée et quand on tombe d’accord on voit l’astrologue pour fixer la date du mariage. Les mariages se font souvent entre Novembre et Mars, il dure d’un à deux jours. Il commence par une cérémonie avec les offrandes pour les ancêtres des deux familles. Après cette cérémonie on invite moines et religieux pour prier , suivit d’un grand repas où sont invités toutes les personnes qu’ils connaissent, cela va de 200 à 1000 personnes. A la campagne il se fait sous tente, en ville on le fait dans un restaurant. Six ou sept plats sont servis accompagnés de vin et de bière.
Chaque invité fait un don dans une enveloppe, il inscrit sur celle ci son nom et combien il donne, et la dépose dans la boite, ainsi cela permet de payer le repas. Les mariés notent dans un carnet chaque nom et la somme donnée, pour rendre lorsqu’il sera lui même invité à l’un de leur mariage. Si on lui a donné 50 dollars il donnera entre 55 et 70 dollars quand il sera invité.

Légende pour expliquer le mariage arrangé
Une jeune fille tombe amoureuse d’un garçon pauvre. Ils partent vivre ensemble sans se marier. Ils ont deux enfants, l’un à 2 ans et l’autre est un bébé. Son compagnon meurt piqué par un serpent. Elle décide de rentrer chez ses parents. Elle doit pour cela traverser une rivière. Elle passe la rivière avec le bébé, le dépose sous un arbre et retourne chercher le plus grands. Pendant ce temps un aigle lui prend son bébé, elle se met à crier, le plus grand croit que sa mère l’appelle et court la rejoindre dans la rivière où il se noie. Elle arrive chez ses parents sans ses enfants, presque folle, elle voit la maison de ceux ci dévorée par les flammes, les parents morts. Cette légende est racontée pour expliquer ce qu’il arrive quand on n’écoute pas ses parents. Vivre ensemble sans être marié c’est le mal pour la famille.

Quand on se marie il faut regarder l’ensemble de la famille et suivre le proverbe qui dit :
« Quand on plante le riz il faut regarder les herbes »

Nous sommes le 1 er jours du carême bouddhiste, et bien souvent il pleut toute la journée, nous n’échapperons pas à cette tradition !
Nous arrivons au Lodge des terres rouges

Samedi 1 Août

Nous voici donc dans le Ratanakiri, (colline des pierres précieuses) où vivent plusieurs minorités. Les Jrai, les Trompuon, le Bau et les Kreung, se sont des Khmers d’en haut. Ils ont chacun leurs propres langues et traditions.

Les chutes d’eau

Kachang et Katieng
Nous voyons un exemplaire de maison des célibataires.
Les garçons vers 14 ans pour montrer son savoir faire construit une cabane à 10 m de haut . La fille elle a une petite maison à côté de ses parents.
Quand ils trouvent leur compagnons ils s’installent dans la petite maison de la fille, et quand ils ont 2 enfants se marient et font une maison plus grande.

Ici aussi la forêt disparaît très vite et se voit remplacer par la culture des hévéas.
On trouve des mines de pierres précieuses. On y extrait des zircons de bonne qualité, et des pierres semi précieuses.
Nous en visitons une qui se trouve au pied des hévéas, des puis de 12 m de profondeur sont creusés. Ils se relaient, et passe chacun 1 h dans le trou. Les femmes se chargent de vendre.

Visite du village de Pachon, où vivent 400 familles. Ils appartiennent à l’ethnie Trompuon
Au centre du village se trouve une grande maison, l’équivalent de la salle des fêtes ou salle communale, ils s’y retrouvent pour les fêtes et les cérémonies.
A la création du village un arbre est planté, il symbolise le bonheur pour le village.
On y fait le sacrifice du buffle, chacun pic avec un couteau jusqu’à ce qu’il meurt. On coupe la corne du buffle pour se la mettre dans le lobe de l’oreille. Pour les riches du village ils prennent la défense de l’éléphant.
Ils travaillent aux champs et rentrent vers 17h30. Ici les femmes travaillent plus que les hommes.
Les petites maisons sont pour les femmes enceintes. A l’approche de l’accouchement, elles viennent y accoucher seule.
Maintenant elles vont aussi au dispensaire. Après l’accouchement elle mange une racine, et peuvent reprendre leur travail une semaine après.

Dimanche 02 Août

Excursion en pirogue au village Katchan, accessible uniquement par bateau.


300 familles vivent ici, ils sont agriculteurs, le riz, est planté derrière chez eux puis quand il a poussé ils le repiquent plus loin et plus espacé. En 5 mois ils font deux récoltes. Début septembre le village est inondé, avec les montées des eaux, ils partent vivre dans la montagne. Mais l’objectif de cette excursion était le cimetière. Car les minorités enterrent leurs morts dans la jungle et sculptent des statues à l’effigie du défunt pour garder la tombe.
Nous savons que cette sépulture appartient à un homme mort de la malaria , et que sa femme est morte en couche. Il y a du coton et une corde en peau de buffle pour leur porter chance.

Sur celle ci il s’agit d’un policier on la représenté avec ses lunettes et son téléphone portable ou un militaire.

Pour cette ethnie la naissance est triste car elle annonce une vie de labeur, alors que la mort est joyeuse, c’est la fin des difficultés. A la mort de quelqu’un ils font 3 jours de fête, boivent, mangent et dansent.
Toutes ces ethnies sont animistes, elles croient aux esprits. Quand quelqu’un est malade c’est qu’il a fait quelque chose qui a dérangé les esprits. Dans chaque village il y a un shaman (sorcier).
Ils demandent aux personnes âgées de monter dans les arbres, et quand ils tombent c’est qu’ils sont morts, mais cette tradition est terminée.`

Après midi  à Yeak Loam Lake, baignade dans un cratère, sortie du dimanche des Cambodgiens, pique nique et baignade. Le lac est profond de 75m. La légende dit que la fille d’un géant s’est enfuie avec son amoureux. Son père déforeste et creuse un gros trou pour la retrouver, ceci explique le non de ce lac : Trou entouré de géant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.