Kratie – Mondulkiri

Lundi 27 Juillet

On s’est préparé un petit sac, car nous dormons chez l’habitant, pour une nuit. Nous n’avions pas compris que nous passions deux nuits sur l’île de Trong, et que l’hôtel s’y trouvait lui aussi… donc, va falloir aller piocher dans les valises afin de parfaire le sac de survie !

Nous rencontrons le guide qui va nous accompagner jusqu’à Siem Reap.

Une première halte en route, pour un temple Vat Nokor, décoré de femme célestes, épouses de dieux ou des déesses qui dansent.

Puis route pour la plantation d’Hévéa , et durant ce long chemin, plein d’information sur le Cambodge. La plantation d’hévéa est proche de l’usine de transformation qui a appartenu au temps du protectorat à la firme Michelin.

Installation chez l’habitant

île de Trong, instalation.

Mardi 28 juillet

Kratie (qui se prononce Kra-tché)


Ville le long du Mékong, d’ où l on peut voir les dauphins de l’Irrawaddy. Riche héritage architectural français
Nous avons séjourné sur Koh trong, une île sur le Mékong, c’est un imposant banc de sable situé au milieu du fleuve, on y accède par bateau.
Petit tour à vélo pour voir son vieux stupa et nuit chez l’habitant pour profiter de ce village flottant.


La petite balade pour voir les Dauphins, nous permettra de découvrir une spécialité culinaire, le gâteau de riz bambou, il est composé de riz gluant avec du lait de coco du sucre un peu de sel et du soja, on met le tout dans le bambou et on fait cuire 1h30, on hôte la partie noire et reste le bambou propre, on l’épluche comme une banane. Il est fermé avec un fil de noix de coco
Son nom est KROLAN, ils sont très bon au village de Kré où nous les avons goûté car les bambou sont de bonne qualité, ce gâteau se conserve 2 jours.Une grosse pluie nous attend pour la traversée de retour et finalement nous rentrons en moto dop au lieu de nos vélos car il pleut trop
Nous sommes trempés avec Rom et nous retrouvons nos malades, qui sont restés à l’hôtel où nous passons la nuit. Pluie très fort de 14 à 18h….

Mercredi 29 Juillet


Après un petit dej limité et du smecta pour tous on prend le bateau pour quitter l’île et retrouver notre mini bus.
Nous continuons vers le nord et des paysages qui ont connus une forte déforestation s’offrent à nous…

Le Cambodge était un pays constitué à 70% de forêt, aujourd’hui il ne reste que 25% du sol recouvert de forêt. On replante un peu d’Hévéa et du manioc.


Nous arrivons à Mondulkiri, la plus grande province du pays et la moins peuplée. Dans les années 30 il y avait beaucoup de paludisme dans cette région. Les ethnies qui vivent ici, pratiquent la culture sur brûlis, quand ils quittent le lieu ils plantent des arbres fruitiers dont l’ourdin, et reviendront plus tard, car ils tournent sur différents endroits. C’est le cas de l’ethnie Prom..

L’ourdin est un fruit qui sent mauvais il est interdit dans les hôtels pour touristes, il ne faut pas boire de coca derrière ni manger de truc sucré car on s’empoisonne, nous en avons gouter, et quelques minutes mon fils avait manger un gâteau il a eu la peur de sa vie, livide à couru partout heureusement avant ça pas embêtant !


Les chutes de Bou Sraa (ci-dessus), sont cachées dans une jungle épaisse ; elles sont parmi les plus impressionnantes du Cambodge, célèbres dans tout le pays, cette double cascade plonge d’abord sur une dizaine de mètres , puis chute avec fracas 25 m plus bas.

Jeudi 30 Juillet

Trek à dos d’éléphant


Les cornacs qui viennent ici avec leur éléphant travaillent à temps plein dans l’écotourisme, cette excursion d’1/2 journée est constituée d’une balade d’1h30 à dos d’éléphant jusqu’à Laeng Truck (chute d’eau) . On loue une petite cabane pour déjeuner avec notre lunch box
Puis on se baigne avec les éléphants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *